BNL
Nov 19, 2020

Le Black Friday 2020 devrait être le plus important jamais réalisé en Belgique

Bruxelles, 19 novembre - Courir les magasins ? Pas cette année, car les achats de Noël et de fin d’année seront un peu différents : nous achetons en effet de plus en plus en ligne. Une étude menée par le spécialiste du shopping Klarna montre que le Black Friday 2020 sera le plus important jamais réalisé en Belgique. Pas moins de 79 % des 18-24 ans espèrent acquérir des produits à prix réduit à cette occasion.

Selon une étude réalisée par le spécialiste du shopping Klarna en collaboration avec iVOX, lors du Black Friday (27 novembre), les Belges seront plus nombreux que jamais à effectuer des achats. Quelque 59 % des Belges qui achètent parfois en ligne déclarent planifier un achat à l’occasion du Black Friday ou du Cyber Monday et 35 % indiquent qu’ils achèteront plus d’articles cette année en raison de la crise du coronavirus. 

Les jeunes sont les principaux amateurs : 79 % des représentants de la génération Y espèrent, cette année, faire un achat avec une belle réduction Black Friday. Ils constituent également le groupe le plus important à avoir déjà effectué un achat l’un de ces deux jours de promotion (73 %).

Environ 70 % des membres de la génération Y s’attendent à ce que les détaillants locaux proposent de bonnes affaires pour le Black Friday. Sinon, ils se tourneront vers des boutiques en ligne étrangères. Cette tendance se constate plus particulièrement au sein de la tranche d’âge des 25 à 34 ans, dont près de 60 % déclarent faire régulièrement des achats dans des boutiques en ligne étrangères. 

Pour les commerçants, il est important de transcender le niveau des produits dans leur communication, car une présence adéquate sur les réseaux sociaux leur offre un certain avantage. Plus que les autres catégories d’âge, les millennials veulent être inspirés (66 %). Pourtant, 67 % de ces jeunes indiquent déjà savoir exactement ce qu’ils veulent acheter et ciblent précisément le meilleur prix pour ces produits.

Les catégories les plus populaires sont l’électronique (28 %) et les vêtements (27 %), suivies des articles de beauté (23 %) et des appareils ménagers (20 %). Les cadeaux de fin d’année sont particulièrement demandés pendant le Black Friday et le Cyber Monday : 39 % déclarent profiter de ces jours pour acheter des cadeaux de fin d’année en ligne. Pour les 25 à 34 ans, ce pourcentage atteint même 54 %.  Par ailleurs, le coronavirus influence incontestablement les achats en ligne : 88% disent avoir dépensé autant ou plus depuis la pandémie de corona  et la moitié prévoit de faire plus d’achats en ligne à l’avenir. Cela ne s’applique pas uniquement aux jeunes : près de 40 % des plus de 55 ans continueront à acheter davantage en ligne à l’avenir et pour la catégorie des 25 à 34 ans, ce pourcentage s’élève à 63 %.

« 2 pour le prix de 1 » : l’offre en ligne préférée des Belges

Les Belges sont sensibles aux réductions en ligne. Différence frappante : seuls 69 % des hommes interrogés se disent sensibles aux réductions contre environ 75 % des femmes. Les bonnes affaires ont leur succès ! Les acheteurs en ligne belges se laissent principalement tenter par les offres « 2 pour le prix de 1 » (59 %) ou les remises de base fixes (57,3 %).

Les Belges connaissent le phénomène, mais pas son origine

Une majorité d’acheteurs en ligne belges connaissent le Black Friday (95 %). Le Cyber Monday est moins connu en Belgique : seuls 68 % le connaissent. Si la plupart des Belges connaissent le phénomène, la majorité a découvert le Black Friday et le Cyber Monday il y 3 ans maximum. Cependant, à peine 43 % des acheteurs en ligne savent que ces deux moments d’achat tomberont, cette année, à la fin du mois de novembre.« Si vous avez des offres en tant que détaillant, il est important de vous assurer une bonne visibilité, afin de vous démarquer auprès du consommateur. C’est pourquoi nous permettons aux détaillants de promouvoir leurs offres via les canaux Klarna », explique Wilko Klaassen.

Du « fun shopping » hors ligne au « Smoooth shopping » en ligne

Le premier confinement a marqué un véritable virage pour la vente au détail en Belgique. Alors que le terme « fun shopping » était utilisé principalement dans le domaine du marketing, il s’est soudainement retrouvé dans l’actualité chaque semaine.

« Lors du premier confinement, les Belges ont pris conscience du plaisir de faire du shopping. Ce sentiment a été reconnu et nommé. Tout à coup, tout le monde a compris ce que nous aimons dans le shopping. C’est une activité récréative, que vous pouvez faire ensemble et pendant laquelle vous testez des choses, essayez différents looks, etc. », poursuit Wilko Klaassen. « Cela a également permis de mieux comprendre les inconvénients des achats en ligne, qui génèrent des situations contraires au concept “Smoooth” de Klarna. Mais que faut-il améliorer ? » 

Interrogés sur les 3 principaux inconvénients des achats en ligne, les Belges citent l’impossibilité de toucher le produit, de l’essayer ou de le tester en premier (60 %). Les frais de livraison (44 %) et l’incertitude quant au délai de livraison (24 %) arrivent à la 2e et la 3e place. 

Klarna traite plus de 1 million de transactions par jour provenant de plus de 90 millions de consommateurs dans le monde, et ce point n’est donc pas une surprise. Il confirme que les Belges attendaient « Payer après », le moyen de paiement que Klarna a lancé en Belgique en juin.« Grâce à notre solution, les clients peuvent attendre 21 jours pour payer et évaluer tranquillement les produits. De cette façon, vous pouvez transformer chaque salon en cabine d’essayage, tout en respectant parfaitement les mesures de distanciation sociale. De plus, nous assumons le risque de crédit pour que le commerçant soit sûr de recevoir son argent », déclare Wilko Klaassen.

CONSEILS POUR LES ACHETEURS DU BLACK FRIDAY

  • Faites vos recherches et préparez-vous
  • Comparez les prix dans différentes boutiques en ligne
  • Vous décidez d’acheter dans une boutique en ligne inconnue ? Utilisez un mode de paiement offrant une protection des achats
  • Si vous pouvez payer ultérieurement, vous aurez le temps d’essayer les produits et de ne payer qu’après 

###

Pour plus d'info, n'hésitez pas à contacter:

Charlotte Marron - klarna@talkie.be - 0032 (0)478 59 64 32

Quentin Glodé - klarna@talkie.be - 0032 (0)493 04 57 30

À propos de Klarna
Klarna a été fondé à Stockholm en 2005 et a actuellement une valeur post-money de 10,65 milliards de dollars. Klarna est ainsi la plus grande entreprise privée de technologie financière d’Europe et l’une des plus grandes entreprises privées de technologie financière au monde. Klarna sert aujourd’hui plus de 90 millions de consommateurs et de partenaires avec plus de 200 000 détaillants en Amérique du Nord, en Australie, au Royaume-Uni et en Europe, dont H&M, Sephora, Michael Kors, Wayfair, IKEA, Expedia Group, Samsung, Microsoft, ASOS, Peloton, boohoo, Sonos, Ray-Ban, Levi’s, Ticketmaster, Abercrombie & Fitch et Nike. À l’échelle mondiale, Klarna propose une grande variété de produits de paiement, d’achats et de finances personnelles. Son objectif est de faciliter les achats en ligne et dans les magasins physiques, par exemple grâce à des options de paiement après achat, des solutions de paiement en magasin et une nouvelle application directe aux consommateurs.

À propos de l’étude
Réalisée par le bureau d’études de marché iVOX pour le compte de Klarna entre le 12 et le 16 octobre auprès de 1 000 acheteurs en ligne belges, représentant la population de chaque sexe, langue, âge et niveau d’études du pays. La marge d’erreur maximale pour 1 000 Belges est de 3,02 %.

À propos du groupe cible
Voici les réponses des membres d’un échantillon représentatif de la population belge de 18 ans et plus interrogés sur la fréquence à laquelle ils ont effectué un achat en ligne au cours des six derniers mois :

7 % : au moins une fois par semaine
29 % : plusieurs fois par mois
21 % : plusieurs fois au cours de l’année écoulée
15 % : n’ont pas effectué d’achat en ligne au cours des 6 derniers mois

Le groupe de Belges n’ayant pas effectué d’achats en ligne au cours des six derniers mois n’est pas pris en compte dans cette étude.