Aug 9, 20223 Min. à lire

Les femmes parlent d’e-business

Klarna logo

Chez Klarna

Camilla Giesecke, directrice de l’expansion internationale chez Klarna, s’entretient avec Fanny Moizant, cofondatrice et présidente de Vestiaire Collective, autour des valeurs fondamentales et du courage nécessaires à la création d’une entreprise au succès international. 

 

Pour célébrer la Journée internationale des droits des femmes, Klarna organise cette année une série de conversations entre Camilla Giesecke, directrice de l’expansion internationale chez Klarna, et des femmes entrepreneurs dans les secteurs du retail et l’e-commerce, dont les marques sont à la pointe de l’innovation et de la relation client. Klarna, leader des services bancaires, de paiement et de shopping, est fier de s’associer à ces marques internationales sur tous leurs marchés, les aidant à rester compétitives et à fidéliser leurs clients en remodelant l’ensemble de l’expérience d’achat.

 

En France, Camilla s’est entretenue avec Fanny Moizant, présidente et cofondatrice de Vestiaire Collective, une entreprise dont l’objectif est de permettre aux gens de prolonger la durée de vie de leurs vêtements et accessoires, en intégrant l’économie circulaire au cœur de l’industrie de la mode et de la mentalité des consommateurs. La marque a réussi à créer une communauté d’activistes de la mode dans le monde entier, en créant une solution durable pour vendre les pièces qu’ils ne portent plus.

 

Née et élevée en France, Fanny Moizant a commencé sa carrière dans la mode en travaillant pour des marques telles que John Galliano et Mexx. Elle a eu l’idée de lancer Vestiaire Collective en 2009, après avoir constaté l’énorme quantité de déchets que le secteur de la mode produisait. Après le succès de l’entreprise, qui s’est imposée comme la première application européenne de vente de mode de luxe de seconde main, Fanny Moizant a quitté Paris pour s’installer à Londres, puis à Hong Kong en 2017, afin de diriger l’expansion de l’entreprise en Asie-Pacifique.

 

« Il ne faut jamais faire de compromis avec ses valeurs fondamentales »

Camilla : Fanny, nous savons tous que le succès arrive au bout d’un long chemin d’essais et d’échecs. Et parfois en sacrifiant des choses auxquelles nous tenons ou en faisant des compromis. Quelle est la chose sur laquelle vous ne faites jamais de compromis ?

Fanny : Je pense que la seule chose sur laquelle on ne doit jamais faire de compromis, ce sont les valeurs fondamentales de chacun. Il est important de les définir dès le départ, car elles sont les piliers qui nous guident et peuvent aussi aider fondamentalement à prendre des décisions lorsque l’on est confronté à un défi ou à une impasse. On peut se demander, suis-je fidèle à mes valeurs, à mes piliers fondateurs ? Que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, le fait d’avoir ces valeurs claires dès le départ peut vraiment vous aider à vous concentrer lorsque vous êtes confronté à des difficultés ou pour continuer de croire en votre esprit entrepreneurial.

 

« Avoir une obsession pour la relation client est étroitement lié au fait d’être une entreprise construite autour du client »

Camilla : Tout le monde parle d’obsession de la relation client et de centricité du client. Mais nous avons tellement utilisé ces termes que je me demande si cela n’est pas devenu trop abstrait. Pour nous, chez Klarna, cela signifie aider les consommateurs à économiser du temps et de l’argent, à avoir un contrôle sur leurs finances et à prendre des décisions éclairées. Cela signifie également être un partenaire de croissance mondial pour les commerçants. Et nous nous mettons toujours au défi d’être à la hauteur de cette définition, de faire mieux. Quelle est votre propre définition de la relation client ?

Fanny : Chez Vestiaire Collective, nous sommes extrêmement fiers de notre communauté de 15 millions de personnes qui s’engagent à faire rayonner le message de la mode de seconde main et à agir collectivement pour changer les choses positivement. La définition de la relation client est étroitement liée à l’origine du client, notre modèle économique existe grâce à la communauté et sans elle nous ne serions pas là. Nous avons créé un catalogue mondial d’articles de mode de luxe dans plus de 80 pays, parce que notre communauté y participe chaque jour dans le monde entier. Nous sommes faits par des amoureux de la mode pour des amoureux de la mode. Notre définition repose donc sur trois facteurs : veiller à ce que l’expérience utilisateur soit la meilleure possible, stimuler leur inspiration en tant qu’amoureux de la mode (ce que nous sommes nous-mêmes) et renforcer la confiance solide que nous avons acquise au fil des années grâce à notre expertise et à notre équipe d’authentification des pièces de luxe.

 

« Plus nous nous développons, plus nous rendons la mode circulaire accessible et plus nous étendons notre durabilité avec notre croissance ».

Camilla : L’une des choses qui me passionnent est de travailler avec nos commerçants partenaires pour développer leur activité sur leur propre marché, mais aussi les aider à se développer dans d’autres pays. Quel rôle joue l’expansion dans votre stratégie de croissance ?

Fanny : Nous nous développons, car notre communauté s’étend. Nous travaillons sans relâche pour démocratiser la mode circulaire et permettre à toujours plus de consommateurs à travers le monde d’y accéder. 80% de nos transactions sont transfrontalières et les commandes ont augmenté de 90% au niveau mondial. Nous avons constaté une croissance de 100% aux États-Unis et une croissance particulièrement forte dans la région de l’Asie et du Pacifique , égale à 150% sur la même période. L’expansion nous permet également d’être plus durables et plus accessibles, par exemple avec l’ouverture de notre Hub d’authentification au Royaume-Uni, nous ayant permis de faciliter l’expédition et contrôler les frais contestés par le Brexit. Avec les livraisons au sein d’un même pays, nous avons une expédition directe et réduisons les émissions de carbone lorsque les articles sont envoyés de particulier à particulier. L’avantage de notre modèle économique est que plus nous nous développons, plus nous rendons la mode circulaire accessible et plus nous développons notre durabilité avec notre croissance.

 

« Grandeur et innovation vont de pair »

Camilla : J’aime vraiment cela ! Maintenant, parlons d’innovation. Certains diront que c’est un concept surfait et vague et qu’au lieu de nous demander comment innover, nous devons nous demander “comment créer de grandes choses ?”. Quelle est votre position à ce sujet et quelle est votre définition de l’innovation ?

Fanny : Je ne crois pas qu’il faille choisir l’un ou l’autre, il n’est pas nécessaire de sacrifier la grandeur pour avoir de l’innovation, elles coexistent et ont une relation symbiotique. Lorsque nous avons lancé Vestiaire Collective, le modèle d’entreprise était novateur par rapport au marché du luxe, en considérant la mode comme accessible, démocratique et durable, en donnant une seconde vie aux vêtements, favorisant l’économie circulaire. Aujourd’hui, la durabilité est un besoin fondamental dans chaque modèle économique et c’est pourquoi les grandes marques font confiance à notre expertise en s’associant avec nous pour les aider à faire partie de cette innovation constante. En tant qu’entreprise de la tech, nous devons également veiller à ce que l’excellence et l’innovation aillent de pair. Nous cherchons le meilleur moyen d’offrir à notre communauté une expérience client fluide et sans friction de A à Z, et l’innovation et l’excellence en font partie intégrante.

 

« Que feriez-vous si vous n’aviez pas peur ? »

Camilla : C’est difficile de construire une entreprise ! Que diriez-vous aux jeunes femmes qui envisagent de devenir entrepreneurs ? Et quels conseils donneriez-vous à votre moi de 20 ans ?

Fanny : Mon conseil à une jeune entrepreneuse serait « d’avoir une vision ». Créer une entreprise est difficile et demande du temps et de la détermination. Vous avez besoin d’une vision solide pour garder le cap et vous guider lorsque vous vous sentez perdu. C’est votre fil rouge tout au long du voyage et elle vous aide dans les moments difficiles, votre vision doit être là pour vous y référer en cas de doute. Exprimez clairement cette vision, dites-la à haute voix, ou très souvent, partagez-la avec toutes vos équipes, faites-en une référence. Cela les aidera tous à travailler vers le même objectif.

Si j’avais un message à faire passer à Fanny de 20 ans, ce serait : « que ferais-tu si tu n’avais pas peur ? ». C’est une citation de Sheryl Sandberg qui me suit partout. Lorsque je doute, que je panique ou que je m’inquiète de la prochaine étape, j’essaie toujours de prendre du recul et cette devise me donne de la perspective et de la force.

Camilla : Merci beaucoup, Fanny ! Cette citation est en fait l’une de mes préférées et celle qui m’a inspirée lorsque nous avons formulé les valeurs fondamentales de Klarna, dont l’une est “le courage ». Personnellement, j’ai souvent peur, mais je sais aussi qu’une certaine dose de peur me permet de rester concentrée et m’aide vraiment à grandir. Félicitations pour votre incroyable parcours et j’ai hâte de voir ce que l’avenir vous réserve, à vous et à Vestiaire Collective !